Archives du mot-clé rehabilitation

Le Hammam Café

 

Dans une cour du centre de Grenoble se cache un lieu délicieux : le Hammam Café, établissement qui propose un hammam traditionnel et des services de massage et de soins du corps.

Hammam-00

La nouvelle direction, à la fois désireuse de réorganiser l’offre et attachée à l’identité du lieu, souhaitait se faire accompagner dans la restructuration de l’établissement.

Un projet global, centré sur les fonctions d’accueil, la valorisation du patio-jardin existant, et l’optimisation des circulations, a été défini. Une première tranche de travaux, exécutée en 2020, avait pour objectif de réaménager une grande pièce de 45m² assez indépendante du reste, et jusque-là assez peu investie à cause de son inconfort.

Hammam-02 Hammam-01

Avec le hammam au sous-sol, une exposition plein sud, des parois en pavés de verre et l’impossibilité de ventiler, cet espace était souvent sujet à des surchauffes.

Il s’agissait d’y aménager trois salles de massage, dont deux communicantes pour accueillir des couples en « duo », un espace pour se changer, un coin salon pour le thé servi après le massage. L’esprit devait rester proche de ce qui avait déjà été développé par ailleurs, c’est-à-dire quelque chose d’intime, évocateur des hammams traditionnels sans tomber dans le pastiche. L’idée était aussi de donner le ton pour les travaux de restructuration plus conséquents à venir.

Sur cette surface relativement modeste, il est vite apparu que ce serait le traitement du couloir qui serait déterminant, et que le traitement des portes des salles de massage participerait beaucoup au résultat final :

Hammam-11
Ce sont surtout les moyens simples de peinture et de l’éclairage qui construisent l’ambiance de ce nouvel espace : en partie basse, une plinthe claire absorbe une différence de niveau, souligne les portes des salles de massage et efface les portes secondaires. Plus haut, la teinte sombre des murs habille aussi le plafond, offrant une même surface de projection aux suspensions ajourées qui meublent ce haut volume. Les portes standard, distinguées par des couronnements géométriques peints, sont cloutées de métal et ne demandent qu’à être poussées…

Hammam-07Hammam-09

Derrière, c’est un univers de voilages, de légèreté et de reflets qui attend les clients.

Hammam-06 Hammam-05

Au-delà du travail sur les ambiances, le remplacement des pavés de verre par des fenêtres ouvrantes qui permettent une ventilation naturelle traversante, la mise en place de protections solaires extérieures, et le création d’un réseau d’évacuation de chaleur intégré pour des climatiseurs mobiles permettent de retrouver un confort suffisant pour utiliser pleinement cet espace.

Cette première tranche de travaux comportait également la création d’un espace pour les soins du corps. En attendant la restructuration globale qui prévoit un espace « Institut », un local dédié a été aménagé de manière temporaire dans ce qui deviendra l’accueil, ouvert sur le jardin. Ossature bois légère, panneaux OSB, plexiglas, réversibilité : avec peu de moyens, on s’est attaché à rester dans l’esprit du lieu.

Hammam-10
Hammam-08
Hammam-04

Mission réalisée : Mission complète, décoration. Choix textiles et mobilier par le Hammam Café.

Graines d’Envies, habitat participatif

Un large groupe d’habitat participatif, de 11 foyers, nous a sollicités, moi et deux consœurs (Alexia Valdès et Marine Barbe), pour étudier la faisabilité de leur projet sur une commune iséroise.

Le lieu est une ancienne et vaste propriété, constituée d’une maison de maître avec ses commodités (piscine, tennis, parc…) d’une part, et d’une vaste grange en pisé et d’une fermette rassemblées autour d’une cour, d’autre part. Ce sont ces deux derniers bâtiments qui sont destinés à accueillir le groupe, la maison de maître étant envisagée comme un logement-tampon, puis à terme comme un lieu d’accueil.

Mill-02

Une position dominante mais à l’orée d’une crête boisée, une implantation parallèle des deux bâtiments qui dessine une séquence paysagère qui cascade de la lisière boisée au village, en passant par le cœur du site Au-delà des protections patrimoniales réglementaires en vigueur sur le site… le lieu possède de vraies qualités paysagères et constructives qui lui donnent son identité. L’implantation perpendiculaire à la pente et l’orientation solaire sont intéressantes, tout comme le préau de la ferme, placé en balcon sur la vallée.

Mill-01

Mill-03En regard des deux grands bâtiments en pisé qui structurent le site, le pavillon du bûcher apparaît comme un objet architectural singulier, en point de mire depuis l’entrée de la cour. Sa visibilité, son vis-à-vis avec les pignons amont des deux bâtiments, son altitude correspondant à celle de la zone de baignade, sa situation à mi-distance de la forêt incitent à s’appuyer sur ce pavillon pour articuler l’aménagement du site.

En effet, investir ce pavillon et son esplanade comme lieu de convergence du site, en y développant par exemple une cuisine commune, une bibliothèque, l’accueil d’activités de groupe… permet d’organiser clairement les fonctions sur le site, dans une approche permaculturelle :

• Les lieux partagés se connectent alors directement à ce cœur de site : étage de la grange (lieu de travail partagé, salle de réunion, hébergement ?), dernière travée de la ferme (maison d’hôtes ?), zone de baignade existante et ses pavillons. L’ensemble dessine une nouvelle circulation structurante, allée paysagère bordée d’espace productifs partagés ou privatifs, qui s’étire jusqu’à une zone de lagunage et de compostage au nord du site.

• En contrebas, les habitations s’ouvrent de plain-pied au niveau de la cour, qui joue le rôle de « vestibule » semi-privatif. Seule la boulangerie, sous le préau de la ferme, s’affiche en accroche sur la route communale, à proximité immédiate du stationnement.

• En contrehaut, une prairie bordée de fruitiers constitue un espace de jeux visible du cœur de site, et une invitation vers la forêt toute proche.

Mill-05

A  Chemin communal – se relier au territoire
B  Promenoir collectif – partager avec les autres
C  Sentier forestier – être avec soi
1  Seuil belvédère : stationnement
2  Accroche sur la voie publique : boulangerie
3  Vestibule : cour d’entrée semi-privative
4  Cœur du site : place haute à la croisée des circulations, avec le pavillon commun : cuisine,
convivialité, bibliothèque, jeux…
5  Verger-prairie de jeux, échappée vers la forêt…
6  Coteau productif à portée de vue depuis l’allée : potager, petits fruits… collectif ou en parcelles
7  Zone lagunage et compostage, possibilité d’un relevage pour l’arrosage des jardins
8  Zone détente autour du bassin renaturé, exposition solaire…
9  Ancienne ferme, dédiée à l’habitat. Possibilité d’une connexion directe sur l’allée commune en
partie amont, pour des fonctions partagées (maison d’hôtes ?).
10  Ancienne grange, dédiée à l’habitat dans la partie pisé. La partie sous charpente directement
connectées au cœur du site, est consacrée à des fonctions collectives (coworking, salle de
réunions, quelques hébergements?) avec une vue sur le village à l’ouest.
11  Ancienne maison de maître, à programmer autour de l’accueil touristique, des formations et
événementiels thématiques. Problématique ERP à traiter.

Mission réalisée : Etude d’Esquisse

le Lopin Mutin, habitat participatif

 

Trois jeunes familles parisiennes, dont deux partageaient déjà une grande maison, souhaitaient construire un lieu de vie qui leur ressemble loin de la capitale. Résilience, redéfinition des besoins, reconversions professionnelles dans des métiers agricoles et artisanaux, espaces de travail partagés, accueil d’autres co-habitants, ancrage dans un territoire rural, sobriété énergétique étaient autant d’ingrédients divers mais cohérents. Restait à trouver un lieu !

LopinMutin03

Plusieurs propriétés ont été étudiées, avec comme dénominateurs communs recherchés une situation en petite montagne, par trop éloignées des grandes infrastructures de mobilité, du terrain agricole, l’accès aux ressources en eau et en bois de chauffage, des corps de bâtiment qui puissent être restructurés en plusieurs lots et parties communes, une capacité à s’agrandir…

Après des études de faisabilité sur plusieurs sites, le choix s’est porté sur un corps de ferme vieillissant mais dont le site offrait de nombreux atouts, dans le massif des Chambarans.

LopinMutin01

La construction, très hétérogène et sans grand caractère, avait pour principal avantage sa volumétrie et son exposition solaire. C’est ce qui a guidé le projet architectural : une isolation thermique par l’extérieur a offert un traitement unitaire aux façades, la suppression des apprentis a permis de profiter des apports solaires et de renforcer le lien avec le site environnant. Le cèdre existant, qui constituait un masque trop important, a dû être supprimé.

L’escalier intérieur a été conservé pour distribuer les logements, qui se développent dans les étages autour de leurs poêles de masse respectifs. Les espaces du rez-de-chaussée, quant à eux, accueillent les lieux de vie collectifs : cuisine, salle de convivialité, ateliers.

LopinMutin04

La salle commune, utilisée pour les repas, les réunions, les jeux, les petites activités manuelles et située en entrée de site, joue le rôle de « tête de proue » iconique de ce lieu de vie collectif. Elle se singularise par l’usage du bois, avec l’intégration de troncs d’épicéas abattus sur le terrain comme mâts pour les voiles d’ombrage de la terrasse à l’étage.

LopinMutin06
LopinMutin05

Entamés en 2018, le travaux de rénovation sont en cours d’achèvement, au rythme (soutenu!) de l’auto-construction !

Le journal en ligne Reporterre a consacré un article au projet du groupe ; à titre personnel je trouve l’angle journalistique adopté très contestable, mais pour le reste il présente assez fidèlement leur démarche : https://reporterre.net/Peut-on-changer-de-vie-sans-lutter-pour-changer-le-monde

Missions réalisées : Accompagnement / Faisabilité pour différents lieux prospectés, Avant-Projet, Permis de construire

Réinventer des combles

Lormée matin

Comment un impératif technique peut être l’occasion de repenser la façon d’habiter sa maison, et d’offrir un rapport renouvelé à l’extérieur : ici, des travaux de réfection de la couverture étaient nécessaires. Mais cette maison familiale, accueillant trois générations, étant difficile à chauffer, décision était prise d’isoler simultanément la toiture.

Lormée edl

Seulement, les combles étant déjà très bas, l’espace aurait été rendu difficilement habitable sans un rehaussement général de la toiture, incertain dans ce site classé et nécessitant de reprendre le plan de l’étage.

Le projet s’est donc développé dans deux directions : faire valider la possibilité de rehausser le volume auprès des Bâtiments de France et proposer une façade harmonieuse, et développer un aménagement intérieur lisible malgré les contraintes de l’existant.

Lormée façade projetL

La nouvelle toiture est calée sur le volume voisin, ce qui permet d’absorber visuellement les adossements environnants, offrant une perception plus harmonieuse de l’îlot. Les moellons de calcaire issus de la démolition des refends intérieurs sont réemployés pour rehausser la façade, un rejointoiement général achevant d’unifier l’ensemble.

Lormée avant

Lormée apres

 

Lormée01L’expression contemporaine, sur cette façade très marquée par une restauration dans un esprit « Arts & Crafts » durant l’entre deux guerres, se limite aux menuiseries des nouvelles ouvertures, anticipant un futur remplacement des menuiseries existantes.

A l’intérieur, en revanche, l’ensemble du cloisonnement est repris à neuf afin d’habiter différemment les combles : de vraies fenêtres offrent enfin des vues sur le paysage remarquable, le couloir est redressé, offrant un cheminement lisible, éclairé naturellement par des prises de lumière au sommet de la toiture. Un accès à un vaste grenier alors inaccessible permet d’envisager de futurs projets.

Lormée02

Malgré la modestie des surfaces, le travail en volume offre un nouveau paysage intérieur : animé par les différences de niveaux existantes, le cheminement se glisse entre les volumes des chambres et de la mezzanine. Ceux-ci apparaissent comme des maisonnettes d’aspect varié, agencées sous la protection de la toiture : c’est le domaine des petits-enfants.

Lormée coupes

Lormée croquis

 

Mission réalisée : Mission complète

Une grange dans le Vercors

 

Une jeune famille souhaitant s’installer en milieu montagnard voulait étudier la possibilité de réhabiliter un bâtiment agricole dans le massif du Vercors. Le bâtiment, une vieille grange sur deux niveaux + combles, était à la fois très simple et très caractéristique du bâti rural régional.

L’enjeu architectural, pour l’aspect extérieur, était simplement de respecter la stratification horizontale des matériaux en façade (maçonnerie, bardage bois, tuiles) et d’intégrer harmonieusement les aménagements extérieurs dans la topographie.

A l’intérieur, la préservation d’une partie du volume sous charpente permettait de répondre à un double enjeu : favoriser les apports solaires et la vue en offrant une grande surface vitrée en pignon sud, et conserver une mémoire des ambiances du bâtiment agricole avec sa lumière filtrée par le bardage.

Les espaces de vie s’organisent autour d’un cœur maçonné intégrant un poêle de masse en alcôve, et les rigueurs hivernales sont tenues à l’écart par un sas d’entrée articulant espaces jour et espaces nuit.

Les combles s’ouvrent en mezzanine sur la pièce de vie en attendant de futurs aménagements au gré de l’évolution familiale et professionnelle des habitants.

Mission réalisée : Étude de Faisabilité, Esquisse

 

Un habitat berger

 
Ruby00

Un couple de bergers, établi dans une vallée des Alpes de Haute Provence, souhaitait transformer leur lieu de vie en prévision de la retraite. Habitués à partir en estive avec leurs bêtes une partie de l’année et à loger dans des habitats légers et temporaires, ils occupaient un mobil-home installé sous un hangar existant.

Ruby01

Une première étude de faisabilité ayant mis en évidence l’intérêt de réaménager le hangar plutôt que de construire un nouveau bâtiment, le projet s’est appuyé sur une conception bioclimatique d’une part, et sur une attention aux usages existants d’autre part.

En effet, entre le mobil-home, espace de repli confiné et chauffé, les espaces extérieurs abrités sous le hangar et les abords immédiats, tout était déjà exploité et agencé en fonction de l’exposition au soleil ou à la pluie, des vents dominants, des vues lointaines, des usages proches (stationnements, stockage du bois…).

Le redéploiement de l’espace de vie prend en compte ces usages existants, pour apporter un nouveau confort simple, avec une consigne forte : pas de portes intérieures !

Il constitue un volume contemporain sous le hangar agricole existant, permettant d’embrasser de partout le panorama, et déploie des espaces extérieurs intermédiaires.

Ruby02
Ruby03
Ruby04
Ruby05
 
Mission réalisée : Études de faisabilité, Avant-Projet, PC, PRO-DCE

 

Une bicoque en Revermont

Le village de Ruffey-sur-Seille, à la limite de la Bresse et du Revermont jurassien, est une commune rurale assez dynamique, satellite du bassin de vie de Lons-le-Saunier.

http://lacousinadeaymonier.blog50.com/

A proximité de l’église et du vieux pont emblématiques du village, un groupe de constructions disparates occupe la berge entre la Seille et la rue qui lui est parallèle. Il s’agit vraisemblablement d’anciens bâtiments annexes aux fermes sises de l’autre côté de la rue. Parmi elles, une bicoque en appentis a fait l’objet d’aménagements disparates depuis l’après-guerre, dont un garage-atelier à l’emplacement du jardin et une véranda au sud, au-dessus de la rivière.

Lire la suite

La rebatte

Rebatte02

Au cœur de la reculée géologique de Baume-les-Messieurs, dans le Jura, une série de moulins avaient été aménagée par les moines de l’abbaye voisine. Parmi eux, une rebatte à chanvre transformée plus tard en moulin à huile de noix.

Si le bâtiment est aujourd’hui délabré, sa couverture en laves (dalles de pierre calcaire), sa charpente en chêne et les éléments de machinerie encore présents à l’intérieur en font un élément de patrimoine local intéressant.

Rebatte01

Une forte demande d’hébergement touristique existant sur ce site classé, les propriétaires du restaurant voisin souhaitaient étudier la possibilité de transformer la rebatte en petit gîte de charme.

Lire la suite

La grange de la cascade

EPSON DSC picture

Au cœur du site classé des cascades de Baume, face à la cascade des tufs, la grange de l’Hôtel des grottes sert actuellement de remise. L’étude consistait à esquisser sa transformation en locaux commerciaux saisonniers à rez-de-chaussée, avec un ou plusieurs hébergements touristiques à l’étage.

Lire la suite

Camping du Causse

Une communauté de communes du centre de la France souhaitait rénover un camping vieillissant au bord d’un magnifique lac, au cœur d’un causse. J’ai produit, à l’occasion de la réponse à l’appel d’offre au sein de l’agence Espace Gaïa et avec Julie Martin, une esquisse de principe.

croquis-causse01

La proposition s’attachait à recréer une véritable entrée de site, capable à la fois de clarifier l’offre proposée et surtout de recréer du lien entre l’équipement et l’identité du site : cadrage sur le lac, organisation en terrasses successives vers le rivage, emploi de matériaux naturels issus du site, confort bioclimatique.

Relevés et projets en bâti ancien

 

Parmi les types de projets sur lesquels je suis amené à travailler, les interventions sur le bâti ancien sont souvent les plus stimulantes. Faire avec un existant, en tirer le meilleur parti, valoriser son potentiel et s’émanciper de ses limites génèrent souvent des espaces uniques et originaux. On retrouve aussi cette satisfaction dans la construction neuve, quand on s’appuie sur le caractère du paysage environnant pour proposer des espaces situés.

Baume cloitre 01

L’ancienne abbaye de Baume-les-Messieurs, dans le Jura, a longtemps été un support de choix pour approfondir ma connaissance du bâti ancien, ses techniques constructives, ses pathologies, et pour en saisir l’histoire et les évolutions.

Ces quelques images prennent pour sujet la cour du cloître, espace à l’évolution complexe, et dont les galeries couvertes ont disparu. Il s’agit d’abord de relevés, puis de propositions de restitution d’un état historique, et enfin d’une mise en valeur simple.

Baume Logis 01

Baume Logis 02

Baume projet cloitre 01

La connaissance du bâti ancien, qu’il soit à caractère patrimonial ou plus modeste, trouve des prolongements naturels dans la réhabilitation, bien sûr, mais aussi dans la construction écologique où les matériaux et leurs comportements sont souvent proches.